Bolivia.jpg
Justification et approche du projet
Justificación y enfoque del proyecto

Las nuevas formas de (in)movilidades globales experimentadas en el contexto pandémico ponen en evidencia procesos sociales y de gestión preexistentes sobre las movilidades migratorias en las Américas. El tránsito y/o asentamiento temporal de personas migrantes mexicanas, centroamericanas, sudamericanas, caribeñas y transcontinentales a través de los corredores migratorios que conectan Sur-Centroamérica- México-EEUU-Canadá han sufrido afectaciones importantes frente al cierre de fronteras y la acumulación de poblaciones varadas, en campamentos de refugiados y en centros de detención migratorios.2 Una vez más, observamos una transformación de las geografías migratorias y la inclusión de nuevos espacios involucrados (fronterizos, de confinamiento, de espera), así como la emergencia de otros actores y lógicas de resistencia migrantes frente a las desigualdades y violencias multidimensionales que atraviesan el continente.3 Examinar esos procesos de cambio a nivel continental y comparado resulta menester para dar cuenta de las últimas tendencias de la gestión migratoria global y los desafíos en materia de derechos humanos que ellas conllevan.4 Asimismo, buscamos dar cabida a las formas de solidaridad generadas bajo circunstancias de vulnerabilidad vinculadas a la migración5. Este proyecto procura analizar de modo comparativo cómo los anclajes multilocales ligados a la movilidad asumen formas de hospitalidad y de cuidado (institucionalizados o no), en ambientes sociales donde la indiferencia o la hostilidad pueden ser más visibles.6 Las actividades de docencia y de formación de recursos humanos, de investigación y difusión científica contempladas en esta propuesta pretenden justamente generar un espacio de colectivización de los hallazgos y de reflexión conjunta entre investigadores/as y estudiantes de posgrado sobre los procesos de cambio en las (in)movilidades e (in)hospitalidades en las Américas, y a través de lo anterior, fortalecer la capacidad de articulación institucional entre el IIS, CISAN y CERIUM. De esta forma, las actividades resultantes de esta propuesta están también pensadas para dar cabida a proyectos y subvenciones interinstitucionales futuras.

Les nouvelles formes d'(in)mobilités globales expérimentées dans le contexte de la pandémie mettent en lumière des processus sociaux et de gestion préexistants sur les mobilités migratoires dans les Amériques. Le transit et/ou l'installation temporaire des migrants mexicains, centraméricains, sud-américains, caribéens et transcontinentaux dans les couloirs migratoires reliant l'Amérique du Sud, l'Amérique centrale, le Mexique, les États-Unis et le Canada ont été considérablement affectés par la fermeture des frontières et l'accumulation de populations bloquées dans des camps de réfugiés et des centres de détention pour immigrants[1].

Une fois de plus, on observe une transformation des géographies migratoires et l'inclusion de nouveaux espaces impliqués (frontière, enfermement, attente), ainsi que l'émergence d'autres acteurs et logiques de résistance des migrants face aux inégalités et violences multidimensionnelles qui traversent le continent[2].  L'examen de ces processus de changement à l'échelle continentale et comparative est nécessaire pour rendre compte des dernières tendances en matière de gestion des migrations mondiales et des défis qu'elles posent en matière de droits de l'homme[3].  Nous cherchons également à tenir compte des formes de solidarité générées dans des circonstances de vulnérabilité liées à la migration[4]. Ce projet vise à analyser de manière comparative comment les ancrages multilocaux liés à la mobilité assument des formes d'hospitalité et de soins (institutionnalisés ou non), dans des environnements sociaux où l'indifférence ou l'hostilité peuvent être plus visibles[5].

Les activités d'enseignement et de formation des ressources humaines, de recherche et de diffusion scientifique envisagées dans cette proposition visent précisément à générer un espace de collectivisation des résultats et de réflexion conjointe entre chercheurs et étudiants de troisième cycle sur les processus de changement dans les (in)mobilités et les (in)hospitalités dans les Amériques, et à travers cela, à renforcer la capacité d'articulation institutionnelle entre l'IIS, le CISAN et le CÉRIUM. De cette façon, les activités résultant de cette proposition sont également conçues pour s'adapter aux futurs projets et subventions interinstitutionnels.